MAURITANIE

14870

Titre

La moyenne vallée du fleuve Sénégal Centre et Périphéries Mali - Mauritanie - Sénégal

Localisation

CRD-OMVS

Numéro accession

14870

Collectivité auteur

Langue

Fre

Ville édition

Editeur(s)

Collation

76p.,bibl.,graph.,tabl., photos, cartes

ISBN

976-10-95026-00-6

Pays concernés

Téléchargement du fichier

Date édition

2014

14863

Titre

Irrigation et problématique foncière dans la vallée du Sénégal

Localisation

CRD-OMVS

Numéro accession

14863

Titre de la série

Cahier des sciences Humaines

Numéro de la série

N°25

Langue

Fre

Ville édition

Editeur(s)

Collation

20 p., bibl.

Pays concernés

Téléchargement du fichier

Date édition

1989

14857

Titre

Apport de la modélisation pluie - débit pour la connaissance de la ressource en eau : application en haut bassin du fleuve Sénégal

Localisation

CRD-OMVS

Numéro accession

14857

Titre de la série

Climatologie

Numéro de la série

N°Vol, 9

Langue

Fre

Collation

18 p., tabl., fig., bibl., carte

Pays concernés

Résumé

Les chroniques de débit du haut bassin du fleuve Sénégal et de sa partie guinéenne sont souvent lacunaires, discontinues, de courte durée, et donc difficilement exploitables pour une analyse hydrologique fiable. L’objectif de ce travail est de simuler puis d’étendre, dans la mesure du possible, les séries hydrologiques en utilisant le modèle pluie-débit, au pas de temps mensuel, GR2M. Dans un premier temps, après avoir calculé les pluies de bassin selon trois méthodes d’interpolation (krigeage, fonction spline et distance inverse pondérée au carré), l’ETP moyenne et la capacité en eau maximale, minimale et moyenne du sol des bassins (ou Water Holding Capacity - WHC), nous avons effectué une analyse de sensibilité du modèle aux données d’entrée pluie et WHC. Ceci a permis de choisir les meilleures combinaisons de données d’entrée par bassin en fonction du critère de Nash-Sutcliffe. Nous avons ensuite procédé au calage et à la validation croisée du modèle avec les données d’entrée choisies afin de déterminer les jeux de paramètres du modèle qui traduisent le mieux la transformation de la pluie en débit. Une fois le jeu de paramètres choisi pour chaque bassin, nous avons appliqué cette version du modèle sur l’ensemble de la série pluviométrique disponible pour simuler les débits. Cette méthodologie a permis de compléter et d’étendre les séries de débits mensuels des bassins versants de Bafing Makana, Dakka Saidou et Sokotoro de 1960 à 2000.

Date édition

2012

14851

Titre

Mieux connaitre le PGIRE - Programme de Gestion Intégrée des Resssources en Eau, Phase II (PGIRE II)

Localisation

CRD-OMVS

Numéro accession

14851

Collectivité auteur

Langue

Fre

Ville édition

Editeur(s)

Collation

14p., photos, carte

Pays concernés

Téléchargement du fichier

Date édition

2014

14849

Titre

Analyses des débits de crues et d'étiages dans le basin versant du fleuve Sénégal en amont du barrage de Manantali

Localisation

CRD-OMVS

Numéro accession

14849

Collectivité auteur

Titre de la série

Climat et développement

Numéro de la série

N°15

Langue

Fre

Ville édition

Editeur(s)

Collation

pp. 46-56, bibl., fig., tabl., carte

Pays concernés

Résumé

Pour atténuer les effets de la péjoration climatique, assurer une meilleure maîtrise des ressources en eaux, et impulser des actions de développement, deux barrages ont été réalisés sur le fleuve Sénégal par l'Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve Sénégal (OMVS). La gestion de ces ouvrages et des ressources en eau nécessite une bonne caractérisation des formes extrêmes des écoulements que constituent les crues et les étiages. Ainsi, cet article a pour objectif d’analyser les débits de crues et d’étiages du Bafing, principal affluent du fleuve Sénégal, en amont du barrage de Manantali. Les données hydrologiques exploitées proviennent de la banque de données de l'OMVS et couvre la période 1954-2005 pour Dakka Saidou et 1962-2005 pour Bafing Makana. La méthodologie utilisée s'article autour des points suivants: (i) constitution d'un échantillon des débits maximums journaliers et calcule des puissances de crue; (ii) ensuite calcule des probabilités de dépassement des débits et des volumes écoulés correspondants; (iii) enfin, calcule des coefficients de tarissement annuels et des volumes d’eaux correspondants ainsi que leurs probabilités de dépassement. L'analyse des résultats montre que l'évolution des chroniques de débits maximums journaliers est pratiquement calquée sur celle de l’écoulement annuel.

Date édition

2013

14848

Titre

Caractérisation spatio-temporelle du régime pluviométrique du haut bassin du fleuve Sénégal dans un contexte de variabilité climatique physio-Géo-Géographie Physique et Environnement, vol V.

Localisation

CRD-OMVS

Numéro accession

14848

Langue

Fre

Ville édition

Editeur(s)

Collation

18p., bilb., fig., tabl., carte

Pays concernés

Résumé

Les écoulements et par conséquent les ressources en eau constituent la réponse des bassins versants aux impulsions pluviométriques. En Afrique de l'Ouest et Centrale, on assiste depuis les années 1970 à une sécheresse sans précédent, ainsi qu'à une grande variabilité spatiale et temporelle des pluies, caractéristique du domaine tropical. L'objectif de ce travail est de définir la variabilité spatio-temporelle des précipitations à l'échelle du haut-bassin du fleuve Sénégal à partir des données de dix stations de référence. Le choix des stations obéit à des critères de qualité des données (lacunes peu nombreuses) et de proximité avec le bassin versant. Dans un premier temps, des tests statistiques d'homogénéité ont été appliqués aux séries de pluies annuelles de l'origine des stations à 2005. Les séries analysées présentent toutes des ruptures. Sur les dix stations étudiées, huit présentent une rupture comprise entre 1960 et 1970 et les déficits ultérieurs varient entre 12 et 24 %. À l'échelle mensuelle, après reconstitution des données manquantes, il apparaît que les précipitations ont diminué significativement pour presque tous les mois entre les deux périodes. À l'échelle journalière, l'analyse des fractions pluviométriques journalières met en évidence une tendance à la diminution du cumul annuel moyen des pluies supérieures à 40 mm (qui sont considérées comme les grosses pluies) à partir des années de rupture. Nous avons ensuite caractérisé la variabilité spatiale des précipitations annuelles moyennes sur 30 et 10 ans, puis les écarts par rapport à la décennie de référence 1961-1970. Il apparaît ainsi que le sud du bassin présente les excédents les plus forts durant les périodes xcédentaires, mais aussi les déficits les plus élevés en périodes déficitaires.

Téléchargement du fichier

Date édition

2011

14847

Titre

Hydrological evaluation of TRMM Rainfall over the Upper Senegal River Basin

Localisation

CRD-OMVS

Numéro accession

14847

Collectivité auteur

Langue

Ang

Ville édition

Editeur(s)

Collation

18 p., bibli., graph., tabl., carte

Pays concernés

Date édition

2016

14829

Titre

Modélisation hydroéconomique pour le bassin du fleuve Sénégal

Localisation

CRD-OMVS

Numéro accession

14829

Collectivité auteur

Langue

Fre

Ville édition

Editeur(s)

FAO

Collation

10 p., fig.

Pays concernés

Résumé

Le modèle hydroéconomique du bassin du fleuve Sénégal, outil d'analyse des problèmes liés à la gestion des ressources en eau, considère l'ensemble des aspects hydrologiques et économiques associés aux différents usages de l'eau et propose en même temps des politiques d'allocation en équilibrant les trois principes hydroéconomiques de gestion de la ressource - l'importance de la valeur d'usage de l'eau, le stockage de l'eau dans les réservoirs en amont et les prélèvements d'eau en aval. Ce modèle cherche à maximiser les bénéfices associés aux usages Energie et Agriculture irriguée en tenant en compte des contraintes liées à la navigation, aux prélèvements d'eau potable et industrielle et à la présence ou non de la crue artificielle.

Date édition

2018

14817

Titre

Compte rendu de l’atelier relatif à la préparation d'un projet d'appui à la réserve de biosphère transfrontalière du Delta du Sénégal

Localisation

CRD-OMVS

Numéro accession

14817

Collectivité auteur

Langue

Fre

Ville édition

Editeur(s)

Collation

42 p., tabl. , graph., photos

Pays concernés

Résumé

L’atelier présente les résultats de l’analyse de l'état des lieux de la Réserve de Biosphère Transfrontalière du Delta du Sénégal (RBTDS) dans la perspective de la formulation d'un projet transfrontalier. L'objectif de l'atelier était de servir de cadre de concertation entre les parties prenantes de la RBTDS et d’identifier avec elles les priorités et les orientations d'un futur programme pour la RBTDS.

Date édition

2016

14816

Titre

Projet de gestion intégrée et concertée des ressources en eau du système aquifère d'Iullemeden, de Taoudeni, Tanezrouft et du fleuve Niger

Localisation

CRD-OMVS

Numéro accession

14816

Collectivité auteur

Titre de la série

Observatoire du Sahara et du Sahel

Langue

Fre

Collation

pp. 60 , tabl. , graph. , carte

Résumé

Les eaux souterraines et de surface constituent une ressource stratégique de la sous-région de l’Afrique de l’ouest et sont appelées à jouer un rôle déterminant dans le développement économique et social des pays de la région. Le système aquifère Iullemeden-Taoudéni-Tanezrouft et son fonctionnement devait être étudiés afin de soutenir les efforts de développement des pays concernés. En effet, l’amélioration des connaissances des relations hydrauliques entre les différents aquifères et le fleuve Niger sont une condition fondamentale pour améliorer la gestion du système, aussi bien au niveau de l’exploitation des ressources de surface que des ressources souterraines. Le projet GICRESAIT, financé par la FAE et le FEM (montant global de 1728€) a été mené par l’OSS de 2010 à 2016, avec la participation des sept pays (Algérie, Bénin, Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Nigéria). Il a permis de : 1) améliorer significativement la connaissance des ressources en eau - Iullemeden et Taoudéni-Tanezrouft forment un seul et unique Système Aquifère transfrontalier ; 2) identifier des zones à fort potentiel en eaux souterraines ; 3) construire une base de données régionale ; 4) traiter de nombreuses thématiques : hydrogéologie, occupation des sols, recharge des nappes, piézométrie des nappes, vulnérabilité au changement du climat, pollution des nappes ; 5) faire un Protocole d’accord assorti d’une feuille de route pour la création d’un mécanisme de concertation pour la gestion concertée des eaux souterraines partagées.

Date édition

2009

Pages